Michel Tamisier

Michel Tamisier est maraîcher bio à Pernes Les Fontaines (84). Agriculteur depuis 1974, il a toujours travaillé en bio puisque son père avait converti les terres dès 1970. L’exploitation qui totalise 6 ha de plein champ et 1,5 ha de serres, est contrôlée et certifiée par Ecocert.

Interview

  • 1. Présentez-nous votre exploitation.

    C’est une exploitation maraichère avec 20 légumes différents sur l’année (légumes feuilles ou racines ou fruits) plus les engrais verts.

  • 2. Pourquoi avez-vous choisi d’être agriculteur?

    Je n’avais pas le choix à la sortie de l’école.

  • 3. Quelles raisons vous ont conduit à passer en en agriculture biologique ?

    Mon père était déjà bio.

  • 4. Comment s’est passée la période de conversion ? (les étapes, les difficultés, le regard des autres, la commercialisation…)

    Je ne l’ai pas vécue car j’ai repris l’exploitation que mon père avait convertie.

  • 5. Parlez-nous de ce que l’agriculture biologique a changé pour vous, dans vos pratiques, dans votre façon de penser, dans votre vie.

    Je suis en bio depuis le début.

  • 6. A quoi êtes-vous particulièrement attentif dans votre activité ? (sol, biodiversité, auxiliaires…) ? Pourquoi ?

    Faire du bio, c’est changer à 200% ses pratiques culturales et s’approcher au plus près des règles agronomiques, en pensant en priorité au sol car de lui dépend tout ce qui se passe au dessus (la vie végétale et aussi animale, donc la notre). C’est donc respecter la vie de tout cet ensemble, bien sur le sol enrichi et bien équilibré. Il faut automatiquement respecter l’écosystème qu’il nous a donnés.

  • 7. Vous avez choisi d’adhérer à Mediterrabio. En quoi Mediterrabio est importante pour vous ?

    Adhérer à Méditerrabio, c’est essayer de créer un groupe d’agriculteurs respectueux de ces pratiques visant à protéger l’environnement pour les générations futures, pour que l’on puisse vivre naturellement sur la planète, sans être sans cesse obligés de réfléchir à comment dépolluer et surtout nourrir l’humanité. 

  • 8. En tant que paysan et membre de Mediterrabio, que souhaitez-vous dire aux consommateurs ?

    Manger bio, c’est agir pour sa santé, mais surtout celle de la planète. C’’est manger responsable pour l’eau l’air, la vie, le sol.

  • 9. Qu’attendez-vous des consommateurs ? Quels retours attendez-vous du consommateur et par quel biais ?

    Qu’ils prennent conscience que manger bio est bon pour leur santé, mais surtout pour l’environnement (la faune, la flore) et particulièrement l’eau, indispensable à la vie.
    Si l’on ne pollue plus, il n’y aura plus besoin de dépenser de l’argent public pour dépolluer ! Ni dépenser pour la santé, beaucoup de maladies étant dues aux produits chimiques. J’aimerais inciter le consommateur à manger local et de saison pour éviter un transport onéreux et pollueur et favoriser l’économie locale, créatrice d’emplois et animatrice du tissu social.
    .