Fouad Hajji/Véronique Fabre

Fouad Hajji/Véronique Fabre sont maraichers bio à Mollèges (13). Ils sont agriculteurs bio depuis 1996. Aujourd’hui, ils disposent de 3.74 hectares de terre et emploient de 2 salariés à quelques saisonniers pour les récoltes. Le contrôle et la certification bio sont réalisés par Ecocert.

Interview

  • 1. Présentez-nous votre exploitation.

    C’est une exploitation de 3,74 ha dont plus de 2 ha de surface en plein champs, 4500 m² de tunnel froid. L’exploitation est entourée de prairies, de friches ou d’autres exploitations en agriculture bio.

  • 2. Pourquoi avez-vous choisi d’être agriculteur?

    Pour vivre en milieu rural et participer à produire proprement.

  • 3. Quelles raisons vous ont conduit à passer en en agriculture biologique ?

    La prise de connaissances des dangers des produits chimiques, la santé et les sols qui nous servent à produire.

  • 4. Comment s’est passée la période de conversion ? (les étapes, les difficultés, le regard des autres, la commercialisation…)

    Pas de conversion, installation directe en bio sur des sols qui étaient déjà en agriculture biologique.

  • 5. Parlez-nous de ce que l’agriculture biologique a changé pour vous, dans vos pratiques, dans votre façon de penser, dans votre vie.

    Nous sommes tellement impliqués dans l’agriculture biologique.

  • 6. A quoi êtes-vous particulièrement attentif dans votre activité ? (sol, biodiversité, auxiliaires…) ? Pourquoi ?

    A tout, car rien ne peut se dissocier pour obtenir un équilibre sur le long terme.

  • 7. Vous avez choisi d’adhérer à Mediterrabio. En quoi Mediterrabio est importante pour vous ?

    Pour l’aspect organisation de la production et représentativité sur le marché.

  • 8. En tant que paysan et membre de Mediterrabio, que souhaitez-vous dire aux consommateurs ?

    Que nous menons un combat quotidien sur différents sujets pour produire avec des notions de durabilité, sécurité et qualité.

  • 9. Qu’attendez-vous des consommateurs ? Quels retours attendez-vous du consommateur et par quel biais ?

    Qu’ils aient un comportement responsable vis-à-vis de nos engagements et qu’ils se considèrent comme des acteurs principaux du développement de la filière fruits et légumes biologiques.