Daniel Noël

SlidePress cannot find the gallery with this id: 'daniel-noel'

Daniel Noël est arboriculteur et maraicher bio à Mollèges (13). Agriculteur depuis 1991, il cultive 26 hectares et emploie entre 5 et 20 saisonniers pour les récoltes. Le contrôle et la certification bio sont réalisés par Ecocert.

Interview

  • 1. Présentez-nous votre exploitation.

    D'abord agriculteur « cotisant solidarité » de 1991 à 1994, je suis passé agriculteur à titre principal en 1995, avant de créer Earl Bio de Provence Malpas en 2004. La surface actuelle est de 26 hectares.

  • 2. Pourquoi avez-vous choisi d’être agriculteur?

    Tout petit, j’ai eu la passion de l’agriculture par l’intermédiaire de mon oncle Claude Chabanier, qui en plus était un pionnier de l’agriculture biologique dans la région depuis 1975.

  • 3. Quelles raisons vous ont conduit à passer en en agriculture biologique ?

    Je ne suis jamais passé en bio ; j’ai toujours été en bio.

  • 4. Comment s’est passée la période de conversion ? (les étapes, les difficultés, le regard des autres, la commercialisation…)

    Ayant toujours été en bio, seules les nouvelles parcelles sont passées par la période de conversion, c’est donc plus facile que lorsque l’on vient en totalité du mode de production conventionnel.

  • 5. Parlez-nous de ce que l’agriculture biologique a changé pour vous, dans vos pratiques, dans votre façon de penser, dans votre vie.

    Il est difficile de dire ce que l’agriculture biologique a changé pour moi car je suis entouré par l’agriculture biologique depuis l’âge de 5 ans et j’en ai 39.

  • 6. A quoi êtes-vous particulièrement attentif dans votre activité ? (sol, biodiversité, auxiliaires…) ? Pourquoi ?

    Je suis attentif à tout car tout est important en agriculture biologique. L’agriculture biologique c’est l’équilibre de tout.

  • 7. Vous avez choisi d’adhérer à Mediterrabio. En quoi Mediterrabio est importante pour vous ?

    Je pense que Mediterrabio peut être la synergie avec les différents acteurs du secteur de l’agriculture biologique.

  • 8. En tant que paysan et membre de Mediterrabio, que souhaitez-vous dire aux consommateurs ?

    Il faut que les consommateurs privilégient la production française en priorité (proximité, moins de transport, plus de fraicheur…) et surtout celles de Mediterrabio.

  • 9. Qu’attendez-vous des consommateurs ? Quels retours attendez-vous du consommateur et par quel biais ?

    J’attends des consommateurs qu’ils nous disent s’ils sont satisfaits de nos produits, s’ils rencontrent des problèmes de conservation ou autres, s’ils sont satisfaits du rapport qualité / prix. Mais aussi s’ils ont des demandes plus précises sur la production en agriculture biologique.