C'est le meilleur moment de ma vie !

Yacouta Yousfi -Mediterrabio

Après plusieurs années chez ProNatura où je m’occupais de la planification des cultures, je me suis enfin décidée à m’installer complètement en agriculture, bio bien sûr ! Un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps. J’ai franchi le pas il y a 6 mois. Avant ça, pour obtenir un sol sain, j’ai laissé reposer mes terres pendant deux ans en plantant des engrais verts.

Je travaille beaucoup et ce n’est pas toujours facile. J’ai passé tout mon temps, entre août et novembre à entretenir toute l’exploitation, les abords, le matériel et à préparer le sol pour qu’il accueille les semences et plants dans les meilleures conditions. Et les premières récoltes sont arrivées dès le mois de décembre. Magnifiques. De beaux légumes qui ont bien profité de mes soins et de la clémence du temps. Mâche, céleri branche, salade feuille de chêne, batavia. Un vrai plaisir.

Maintenant je suis impatiente d’être en février pour récolter la blette. Et au printemps, ce seront mes premiers choux pointus et mes fraises !

Yacouta Yousfi, le travail du sol

Même si c’est un choix difficile, je diversifie mes plantations au maximum. C’est sur, cela demande plus de connaissances, plus d’expérience – chaque variété a son cycle, ses besoins, ses contraintes. Il faut aussi former le personnel. Ça demande plus de temps,  mais c’est indispensable en bio de bien organiser les rotations de cultures pour préserver un sol en bonne santé. 

En plus d’être une bonne règle agronomique, c’est aussi une meilleure façon de gérer les risques liés à l’agriculture (mauvais temps, maladie, baisse de la demande…). Avec plusieurs cultures, plusieurs saisons, l’économie du producteur ne dépend pas d’une seule récolte.

Yacouta Yousfi premiere recolte de mache

Au départ, j’étais angoissée d’avoir tout quitté pour devenir agricultrice bio. Et mes proches ne me rassuraient pas !  Après 6 mois d’activité, je suis très heureuse de mon choix. C’est la meilleure décision que j’ai prise de ma vie.  Je suis en total osmose avec moi-même grâce au contact de la terre et l’activité de plein air, même sous le Mistral !

Et puis je suis particulièrement fière d’avoir créé un emploi stable et d’avoir permis à Samuel, qui m’aide beaucoup, de stabiliser sa vie de famille.